Notre dossier stress

Dans notre dossier vous apprendrez ;

Le « stress » qu’est ce que c’est ?

Les 3 dimensions de réaction face au stress / comment je réagis face au stress ?

Les 3 stades de réactions au stress / Stress : par quelles étapes je passe ?

Les 2 types de stress

Les symptômes / Les signes qui ne trompent pas

Les déclencheurs et aggravateurs de stress

Le cortex face au stress

Les effets du stress sur les performances

Comment agir pour diminuer son stress / Que faire ?

En résumé / Ce qu’il faut retenir / A savoir

 

Le « stress » qu’est ce que c’est ?

Origines du concept :

Hans Selye (endocrinologue Canadien) étudie en 1936 les effets d’agents agressifs sur l’organisme des rats, aidé du Pr Henri Laborit

Les origines latines du mot stress viennent de « stringere » qui signifie étrangler, resserrer.

Le mot stress est un mot anglais utilisé par les ingénieurs pour déterminer la capacité d’un matériau à supporter une charge sans casser.

Dans notre vie quotidienne : comment et jusqu’où tenir sans casser ?

Définition :

Définition du stress : c’est l’ensemble des manifestations physiques et psychologiques de l’organisme qui interviennent en réponse à un agent stressant

C’est une réaction d’adaptation

Le stress est nécessaire à la vie

Son excès est nuisible

Différence entre...

Stress positif

⇢ Prépare à l’action
⇢ Améliore la performance

Stress négatif

⇢ Dégrade biologiquement

Composantes :

Schéma stress

⇡ Haut de page

 

Les 3 dimensions de réaction face au stress / comment je réagis face au stress ?

 Dossier_stress_psychologie

 ⇡ Haut de page

 

Les 3 stades de réactions au stress / Stress : par quelles étapes je passe ?

1- Phase d’alarme

Dès la confrontation à une situation évaluée comme stressante, des hormones sont libérées par l'organisme via la glande médullosurrénale : ce sont les catécholamines. Ces hormones ont pour effet d'augmenter la fréquence cardiaque, la tension artérielle, les niveaux de vigilance, la température corporelle et de provoquer une vasodilatation des vaisseaux des muscles. Toutes ces modifications ont pour but d’amener l’oxygène aux muscles et au cœur, et ainsi de préparer l'organisme à réagir.

2- Phase de résistance

Après l’alarme, un second axe neurohormonal (l'axe corticotrope) est activé, préparant l'organisme aux dépenses énergétiques que nécessitera la réponse au stress.

De nouvelles hormones, les glucocorticoïdes, sont sécrétées : elles augmentent le taux de sucre dans le sang pour apporter l'énergie nécessaire aux muscles, au cœur et au cerveau. Les glucocorticoïdes ont la particularité de pouvoir freiner leur propre sécrétion par rétroaction : la quantité d’hormones libérées dans le sang est détectée par des récepteurs du système nerveux central qui la régulent. Cette phase prépare l’organisme à tenir le coup : c’est  l’état de stress chronique.

3- Phase d’épuisement

Si la situation stressante se prolonge encore ou s'intensifie, les capacités de l'organisme peuvent être débordées.

Pour faire face à la situation, l’organisme produit toujours plus d’hormones. Le système de régulation évoqué précédemment devient inefficient, les récepteurs du système nerveux central deviennent moins sensibles aux glucocorticoïdes, dont le taux augmente constamment dans le sang. L'organisme, submergé d'hormones, est en permanence activé. Il s’épuise.

 ⇡ Haut de page

 

Les 2 types de stress

Le stress a un caractère ambigu :

Il est indispensable à la vie mais son excès paralyse l’individu et le prive de son potentiel créatif

Il existe deux types de stress ; le stress aigu et le stress chronique :

Le stress aigu a comme effet immédiat de diminuer les ressources mentales. Une prévention efficace du stress aigu repose sur une bonne connaissance des mécanismes physiologiques qui le déclenchent

Le stress chronique est directement lié à la personnalité. Les succès et les échecs engagent des enjeux très forts dans la confiance en soi. Ce stress se gère par la prise de conscience de la résolution des difficultés rencontrées, et par la préparation mentale en relaxation

La grande fatigue est un signal de stress chronique non géré

Elle devient surmenage quand le stress n’est pas pris en compte

C’est l’impression de ne plus récupérer (phase d’épuisement)

Les rythmes de travail liés à un contexte de forte saisonnalité peuvent engendrer un stress aigu dans la période de baisse d’activité

 Dossier_stress_phases_du_stress

 

Dossier_stress_epuisement

 ⇡ Haut de page

 

Les symptômes / Les signes qui ne trompent pas

Symptômes cardiovasculaires et respiratoires :

  • palpitations, hypertension artérielle, gêne respiratoire, migraines...

Symptômes Neuromusculaires

  • tensions musculaires, contractions, douleurs vagues et diffuses...

Symptômes Psychosomatiques

  • troubles : digestifs, cutanés, urinaires, sexuels...

Symptômes Généraux

  • fatigue, insomnie...

 ⇡ Haut de page

 

Les déclencheurs et aggravateurs de stress

Les stresseurs subjectifs


Les stresseurs objectifs

  • Les stimulis physiques
    le froid, la chaleur, les fortes variations de température, les sports violents, les traumatismes…
  • Les stimulis biochimiques
    intoxication, drogue, tabagisme, infections, médicaments…
  • Les simulis psychologiques
    conflits sentimentaux, professionnels, contraintes sociales, hiérarchie, changement, conflits de valeur…
  • L’anxiété
    l’anxiété résulte de notre capacité à imaginer des situations stressantes à venir. L’anxiété est un ressenti diffus qui n’a pas forcément de repères identifiables
  • La peur
    la peur est génératrice de stress, elle peut déclencher en cas de peur intense un stress aigu et en cas de peur « larvée » un stress chronique

⇡ Haut de page

 

Le cortex face au stress

Le cortex cérébral est constitué de deux parties, les deux hémisphères, gauche et droit. Ces deux hémisphères sont reliés par un tissu conjonctif, appelé le corps calleux, qui permet la libre circulation de toutes nos informations.

Sous l’emprise du stress, le corps calleux bloque cette circulation des informations, la communication entre nos deux hémisphères, gauche et droit, est interrompue.

Nous perdons la perception d’une grande partie de nos sens.

Notre faculté de penser de manière séquentielle se coupe de notre façon de saisir l’image globale de la situation.

Au niveau du corps, la main gauche ignore la main droite, il en résulte une mauvaise coordination.

⇡ Haut de page


Les effets du stress sur les performances

Le stress agit de façon pernicieuse sur nos performances :

La pensée et le raisonnement s’altèrent

La pensée se focalise sur le stresseur, nous avons beaucoup de difficulté à percevoir la situation dans sa globalité

Le comportement peut devenir agité, voire agressif

Il peut aussi être apathique, avec difficulté à prendre une décision

Le stress peut faire oublier des acquis de base

La relation avec les autres peut s’avérer difficile …

L’individu stressé communique son stress …

⇡ Haut de page


Comment agir pour diminuer son stress / Que faire ?

Les modérateurs de stress :

Hygiène de vie

Activité physique

Plaisirs, loisirs

Soutien social, familial, affectif

Les exercices

Respiration

Relaxation

La relaxation physiologique permet de relâcher les tensions musculaires c’est « l’antidote » la plus directe du stress

Une tension mentale s’accompagne toujours d’une crispation physique

En éliminant cette tension physique, vous éliminez la tension mentale, vous diminuez votre stress : c’est le fondement de la relaxation (rétroaction)

La relaxation est un frein immédiat à l’état de stress et à l’état hyper émotionnel. C’est une technique efficace de gestion du stress chronique

Exercices pratique de relaxation (assis) :

La relaxation complète
La relaxation « flash » : mâchoires, épaules, poignets, mains… quand les épaules se relâchent, le corps entier se calme!
Cicéron disait : « Seul l’homme relaxé est vraiment créateur et les idées lui viennent comme l’éclair »

La relaxation dynamique :

Exercice des « gestes du cou » : permettent de lever les tensions cervicales, favorisent la concentration et la mémorisation

Le premier geste consiste à tourner lentement la tête vers la droite puis vers la gauche en synchronisation avec la respiration

Le deuxième geste consiste à effectuer des mouvements de la tête vers le bas puis vers le haut en synchronisation avec la respiration

Le troisième geste est la rotation de la tête comme pour dessiner un cercle avec le nez en synchronisation avec la respiration

Le quatrième geste est la contraction des muscles antérieurs du cou avec relâchement synchronisé sur l’expiration
Exercice du « pompage des épaules » : cet exercice contribue au relâchement de la région scapulaire et à l’oxygénation correcte des poumons

Exercice de « la cible » : excellent geste de régulation du stress, il aide à diminuer une agitation ou agressivité trop marquées

Exercice de « rotation du buste » : cet exercice lève les tensions paravertébrales dorsales et lombaires

Préparation mentale projective :

La préparation mentale fait appel à des techniques de concentration
 
Cette technique permet de gérer les stress aigu et chronique. Elle prépare l’individu à des évènements stressants

Pourquoi la concentration mentale ?

Nos cellules ne font pas la différence entre une action vécue réellement et une action visualisée mentalement

Elles impriment de la même façon le résultat de l’action

⇡ Haut de page


En résumé / Ce qu’il faut retenir / A savoir

La connaissance des mécanismes physiologiques du stress, ses répercussions biologiques, les conséquences sur notre organisme, nous permettent d’identifier les symptômes de l’état de stress et ainsi d’agir.

La prise de conscience de la psychologie du stress, de notre façon de penser, de ns comportements, de nos changements de rythmes, nous amènent à relativiser objectivement notre réaction au stress et permet le processus d’adaptation au stress.

La capacité à intégrer nos modérateurs du stress nous apporte notre nécessité de décompression et de liberté.

La pratique régulière des exercices simples de gestion du stress, respiration, relaxation, stimulation corporelle, nous offrent une ouverture sur nous même, un regard différent, un recul indispensable sur les événements et les situations stressantes.

Le stress est nécessaire à la vie tant qu’il este moteur et dynamisant, mais il faut apprendre à le gérer quand il commence à nous emprisonner et à réduire notre espace de vie, de liberté.

...Il faut savoir trouver en soi le juste équilibre...

⇡ Haut de page